Colombes, France

​​​​Le Groupe SILL maîtrise ses coûts de maintenance grâce à Tetra Pak 

En juin 2008, la SILL décide de signer un contrat de maintenance avec Tetra Pak® sur sa machine A3/Flex. Résultats : + 15 % d’utilisation du temps de production et des coûts de maintenance maîtrisés. Yves Le Goff, responsable maintenance au sein du groupe SILL, Michel Fily, responsable maintenance adjoint, et Christian Gueugnon, Responsable technique clients chez Tetra Pak, nous parlent de leur partenariat gagnant-gagnant.


Comment s’est organisé votre partenariat et sur quelles problématiques êtes-vous intervenus ? 

Christian Gueugnon : Entre 2006 et 2008, Tetra Pak procédait, au sein du groupe SILL, à des opérations de maintenance de façon non contractuelle. Lorsqu’en 2007 la SILL nous a informés de certaines anomalies qualité et d’une sous-utilisation de la machine liée à des problèmes techniques, nous avons mené un plan d’actions détaillé sur le terrain pour régler ces problèmes. 

Pour fixer et pérenniser les bienfaits des actions menées, nous avons ensuite décidé de conclure un contrat de maintenance sur 3 ans. Ce contrat assure le maintien du niveau de performance et garantit les coûts de maintenance. Il apporte à la SILL, en plus de la productivité et de la qualité, une visibilité très claire sur sa trésorerie avec des coûts maîtrisés. 

Au bout de ces 3 ans, le contrat a été renouvelé, en y ajoutant un volet de transfert technologique. Autrement dit, la participation systématique d’un membre du personnel de la SILL à toutes les maintenances, pour que les équipes du client puissent acquérir de l’autonomie.


Qu’est-ce qui vous a poussé à conclure ce contrat de maintenance préventive ?  


Yves Le Goff : Sur notre production de jus de fruits, nous avons une machine Tetra Pak de type A3/Flex​. Ce contrat de maintenance préventive nous permet d’optimiser ses coûts de maintenance. La maintenance nous est facturée en fonction du nombre d’emballages produits sur la machine. Et parce que Tetra Pak fournit les pièces nécessaires aux révisions, cela nous évite d’avoir à les stocker et à les commander. Au final, nous gagnons du temps et n’avons pas à gérer les approvisionnements de pièces détachées. Ce mode de contrat est donc assez judicieux.

Christian Gueugnon : En effet, la SILL ne gère aucune commande et ne stocke aucune pièce en prévision. Car nous prenons en charge tout ce qui concerne la préparation des commandes de pièces, la gestion de leurs expéditions, et leur stockage.

Comment décririez-vous aujourd’hui vos relations ?   


Yves Le Goff : Nos relations sont plus saines qu’auparavant. Avant, nous faisions nous-mêmes la maintenance en respectant les préconisations de Tetra Pak qui n’intervenait qu’en cas de problèmes ou en renfort en cas de déficit de ressources internes. A travers ce contrat, Tetra Pak met tous les moyens nécessaires pour arriver à un résultat satisfaisant, et s’engage à fournir un équipement opérationnel et performant. Enfin, la prise en charge est plus rapide. Les coûts de maintenance sont également maîtrisés et lissés sur la durée du contrat.

Christian Gueugnon : Nous avons en effet une relation beaucoup plus constructive. Nous travaillons dans la sérénité. Le contrat a permis de limiter les temps d’arrêt et de les transformer en temps de production.

Yves Le Goff : C’est même aujourd’hui la meilleure machine de notre atelier en termes de productivité. Le contrat nous a apporté un plus indéniable à ce niveau.

Comment Tetra Pak réalise-t-il les opérations de maintenance ?   


Christian Gueugnon : Notre système est basé sur des cycles de maintenance toutes les 1 000 heures réalisés en partenariat avec un technicien de la SILL, et des cycles de contrôle toutes les 500 heures réalisés par le client.

Michel Fily : Concrètement, je préviens Tetra Pak au bout de 1 000 heures de fonctionnement de la machine. Nous décidons de 3-4 jours d’arrêt pendant lesquels Tetra Pak va intervenir sur une partie de la machine dans le cadre de la maintenance préventive. Trois techniciens de la SILL assurent le suivi à tour de rôle. Et toutes les 500 heures, nous révisons nous-mêmes la machine. On utilise aussi l’outil TPMS (Tetra Pak Maintenance System) pour suivre l’état de la ligne et l’évolution de ses performances. Tetra Pak fournit en outre des kits de rotation, ce qui évite des arrêts de production trop longs. Les pièces sont ensuite révisées dans les ateliers Tetra Pak.

Christian Gueugnon : L’outil TPMS bénéficie d’un programme de « check and cha​​nge » suivi par un système informatisé et centralisé. En fonction des prévisions de volume de production du client, nous établissons le temps d’intervention et un planning. Ce qui permet d’avoir une visibilité sur les ressources, le temps d’arrêt optimal, et de maîtriser les coûts.

Propos recueillis par Aurélie Charpentier © AdC - Crédit photo : Stéphane Lavoué / TOMA

Christian Gueugnon et Yves Le Goff