Colombes, France

​​​Une nouvelle ère s'ouvre pour le lait de Haute-Normandie​​

La Coopérative Laitière de Haute-Normandie fait une double révolution : technique, avec le démarrage d’une unité de microfiltration du lait qui donne de la valeur ajoutée à sa production, et structurelle, par son rapprochement avec Sodiaal qui lui ouvre des débouchés commerciaux.


La Coopérative Laitière de Haute-Normandie (CLHN) a inauguré mardi 3 novembre 2015 à Maromme (Seine-Maritime), près de Rouen, une unité de réception et de microfiltration du lait d’une capacité de 150 millions de litres par an. Cette installation industrielle – une technologie de Tetra Pak Processing – va permettre de fractionner, par microfiltration et osmose inverse, divers composants du lait servant à l’élaboration de crèmes, de fromages et de laits infantiles en poudre. L’investissement s’élève à 8,4 millions d’euros.

Le pas franchi par la CLHN est tout d’abord commercial. « Nous étions condamnés à ne vendre que du lait entier ou à le faire traiter à façon, et notre lait était essentiellement destiné à la fabrication de produits frais, un segment en difficulté. Avec cette installation, nous accéderons à des marchés complémentaires et en pleine croissance », expliquait à la Revue laitière française Jean-Marie Lavatine, le Directeur de la CLHN, avant le démarrage de la nouvelle installation.


Technicité des équipements de Tetra Pak Processing

Le lait qui arrive chaque jour à Maromme suit désormais le parcours suivant : « Tout commence par une opération de dépotage qui permet de vider les citernes des camions puis le lait cru est pasteurisé. C’est sur la chaîne de pasteurisation que s’opère la séparation centrifuge avec ses deux fonctions, l’écrémage du lait et sa bactofugation, une opération qui permet d’éliminer les spores bactériennes et de purifier encore davantage le lait », explique Christel Casasnovas, Responsable Commercial de Tetra Pak Processing France. Puis la ligne permet de fractionner et de concentrer les autres composants du lait, la caséine et les protéines. 

L’originalité et les performances du nouvel outil de production résident dans la technicité des équipements de Tetra Pak Processing et dans leur automatisation. Le système d’automation avancé qu’est Tetra Plant Master permet en effet à un seul opérateur de piloter l’ensemble de l’opération depuis un PC. Et il apporte une traçabilité complète aux opérations. Christel Casasnovas souligne l’importance des gains réalisés par la coopérative. « Ceux-ci proviennent de la production de produits à plus forte valeur ajoutée mais aussi d’importantes économies de transport. En aval de la laiterie, les produits ne sont en effet plus transportés sous forme de liquides mais de concentrés, ce qui divise par deux le nombre de camions nécessaires. »

Le démarrage de ce nouvel équipement de « cracking » du lait s’accompagne d’une autre révolution. La CLHN a en effet annoncé son intention de rejoindre Sodiaal. Ce rapprochement va permettre à la coopérative - qui avec 475 sociétaires et un chiffre d’affaires de 104 millions d’euros, rayonne sur la Haute-Normandie, la Picardie et l’ouest de l’Île-de-France - d’accéder aux marchés mondiaux, ouverture qui devenue indispensable depuis la fin des quotas laitiers et la chute du prix du lait.​​

Philippe Mathieu © AdC