​Tetra Pak rejoint l'Alliance européenne pour une relance verte​​

L'épidémie de COVID-19 a non seulement perturbé la vie quotidienne, mais a également eu un impact économique significatif en Europe, obligeant les gouvernements à créer de nouvelles bases et à repenser la reprise économique.

Tetra Pak a rejoint l'Alliance européenne pour une relance verte, lancée par le Parlement européen le 14 avril, en vue de construire un avenir meilleur après la pandémie de COVID-19. L'alliance rassemble des parties prenantes pour soutenir un plan de relance verte qui place la lutte contre le changement climatique, la protection de la biodiversité et les chaînes d'approvisionnement alimentaire résilientes au cœur de la politique économique européenne au cours des sept prochaines années (2021-2027).

Avec 270 autres signataires, dont des décideurs politiques, des chefs d'entreprise, des institutions financières, des syndicats, des organisations non gouvernementales et des groupes de réflexion politique, Tetra Pak bénéficiera d'informations de la part des autres parties prenantes et contribuera au rétablissement rapide des économies et des sociétés.

« Nous avons toujours cru à la philosophie du développement vert : stimuler la croissance économique tout en réduisant l'impact sur la planète. Notre engagement vis-à-vis de la lutte contre le changement climatique, la protection des ressources ainsi que la sécurité et l'accessibilité alimentaires demeure inchangé. C'est pourquoi nous sommes heureux de rejoindre l'Alliance européenne pour une relance verte et de contribuer avec nos partenaires à une économie européenne plus durable », a déclaré Adolfo Orive, PDG de Tetra Pak. « De plus, cela correspond bien aux ambitions de notre Stratégie 2030 : mener la transformation de la durabilité au sein de notre industrie, tout en rendant les aliments sûrs et disponibles, partout dans le monde. »​

Au cours des prochaines semaines, des rencontres virtuelles seront organisées afin de partager des connaissances et des solutions innovantes. Les réunions constituent une plateforme permettant d'aborder les mesures réglementaires nécessaires pour atteindre l'objectif final de l'accord vert européen en cours : une économie européenne climatiquement neutre d'ici 2050.​​​

​​​​​​